Sexe violent/brutal et BDSM/SM

Pourquoi dans la tête des gens, BDSM = sexe violent ?

C’est quelque chose d’étrange que de constater que sur des tubes porno le BDSM est souvent assimilé au sexe violent ou au sexe brutal. Le studio BDSM « Kink » n’y aide pas vraiment avec des scènes de viols et de tortures dans des contextes de bondage, ce qui en fait donc bien des vidéos BDSM, mais disons alors du BDSM tourné SM hard.

Même dans le SM, qui est un domaine où le soumis masochiste trouve son plaisir dans la douleur, il n’y a pas forcément de violence ou de brutalité, de pénétration ou de sexe violent.

En plus soft, nous pouvons citer dans le SM les pratiques liées à la cire de bougie qui inflige une douleur physique, mais pour autant il ne s’agit pas de vidéo de sexe violent.

 

Exemple de vidéo de sexe violent dans un gangbang BDSM

Entre soumission, la douleur et la violence

La soumission et le bondage ont déjà une part de violence pour beaucoup : la contrainte de ne pouvoir bouger ou se défendre, le fait de devoir subir et donc de ne pas être « acteur » de la relation sexuelle mais d’être quelqu’un de passif, tout ceci émet une idée de violence « morale » même si il n’y a pas de douleur physique. Les habitués du bondage ou du BDSM au sens large diront qu’il n’en est rien, et ils ont raison. Cet amalgame ne sert pas beaucoup à la cause de la communauté BDSM pour se faire connaitre. Si la douleur peut être présente dans les jeux BDSM (comme la cire de bougie que nous citions mais aussi comme autre exemple les pinces à tétons ou à lèvres vaginales), il y a énormément de niveaux dans les sensations ressenties.

 

C’est du BDSM, il y a de la douleur, mais est-ce violent pour autant ?

 

L’exemple le plus concret qui démontre qu’il y a une différence entre une soumission « soft », le plaisir de ressentir une douleur et une violence certaine est la pratique de la fessée. Elle peut être douce, comme une caresse (même si c’est muni d’une cravache) ou vraiment violente et uniquement dans le but d’infliger de très fortes douleurs. La douleur dans le contexte de la fessée est d’ailleurs le plus souvent employée non pas comme un moyen de provoquer une souffrance mais dans un but « d’éducation » de son soumis, de son dressage. C’est l’entre-deux entre la soumission vraiment soft et la violence totale qui elle retourne plus du domaine du SM pure.

 

Du sexe violent avec sodomie brutale sous forme de « viol »

 

La sodomie brutale : une catégorie très recherchée

Sur internet, la sodomie brutale est très recherchée et là aussi il existe une grande confusion pour beaucoup entre le BDSM et cette pratique de sexe violent. Symbole d’une domination masculine totale ou d’un FemDom (Female Domination) pour les « femmes enculeuses », la sodomie brutale est particulièrement appréciée des internautes quand l’on regarde le nombre de vues de certaines vidéos. D’ailleurs, c’est un petit peu le « titre putaclic » par excellence car beaucoup (surtout en France) utilisent ce terme en titre de vidéo alors qu’il ne s’agit que de sodomie profonde, sans aucune violence ou pénétration anale brutale. La sodomie brutale et les dilatations avec des sextoy ou objets étranges est également très présente dans des vidéos BDSM du studio Kink qui n’hésite carrément pas à simuler des « viols ».

 

Quand le sexe violent en domination/soumission se rapproche du viol…

 

Vidéo de viol : bien loin du BDSM

Pour ne pas avoir de soucis, le studio Kink aime montrer en début de vidéo la soumise prête à « se faire violer » donner son complet consentement sauf que, par la suite, les séances (en bondage la plupart du temps) sont d’une violence toute particulière. Loin de vouloir se montrer réaliste dans de la vidéo de viol dans la rue, c’est toujours dans un contexte de bondage et dans un donjon BDSM que tourne Kink. En fin de vidéo, l’actrice explique ce qu’elle a pu en ressentir sur ce côté de soumission la plus totale et sur le plaisir d’avoir ressenti une telle brutalité. Kink est très clairement BDSM dans le sens où la personne se faisant dominer « se libère » en se donnant corps et âmes le temps d’une séance. Nous sommes donc bien loin du viol.

 

Cette scène avec Monica Bellucci est l’une des plus réalistes et « gore » en vidéo de viol.

 

La vidéo de viol arbore aussi d’autres visages sur les tubes porno : la plupart viennent du cinéma… tout public ou disons traditionnel ! Ce sont des extraits de films, dont par exemple la très célèbre scène de viol de Monica Bellucci dans le film « Irréversible ». C’est l’une des scènes les plus réalistes qui soit et d’une brutalité poussée à l’extrême. D’ailleurs, beaucoup de studios des pays de l’Est ont tenté de s’emparer du phénomène de la vidéo de viol, mais les mises en scènes ou « jeux d’acteurs » sont toujours des plus médiocres, ce qui déplaît énormément quand on lit les commentaires. En règle générale, les vidéos de mises en scènes de viol sont de toute manière des plus médiocre quand l’on voit « l’actrice » prendre avec plaisir un pénis en bouche tout en souriant ou encore en se débattant « mollement » pendant quelque minutes. A l’inverse, il y a énormément de commentaires négatifs pour les vidéos de viols réalistes issus du cinéma non-pornographique. Il n’y a alors plus aucune relation dans toutes ces vidéos avec le BDSM ou le SM : il ne s’agit plus de soumission mais de « tortures », le viol n’a réellement rien à voir avec le BDSM, c’est ce que Kink essaye toujours d’expliquer dans ses vidéos hard avec bondage, mais cela n’est certainement pas compris par tous.

 

Des faux agents de sécurité qui violent : une nouvelle mode pathétique !

 

Un fétichisme pour le sexe violent ?

Le painal (anal pain = douleur anale) est une catégorie qui grossie toujours plus de jours en jours, preuve que le sexe violent de part la sodomie brutale est bien recherchée. S’y ajoute des studios qui mettent en scène des faux taxi, des faux agents de sécurité, des faux policiers, et c’est toujours du plus pathétique possible ! Il est vraiment très rare de trouver de telles vidéos en catégorie BDSM, preuve que les tubes pornos classent quand même plutôt bien leurs contenus.

Il y aurait tout doucement un fétichisme qui se développerait autour des pratiques sexuelles violentes pour certain. Ceux-ci expliquent que leur découverte de la sexualité par le porno les amènent à rechercher toujours plus hard, toujours plus violent pour assouvir leurs fantasmes. Si vous en arrivez à ce point là, coupez-vous un petit moment des vidéos de viols et découvrez alors un monde où le respect malgré la domination et la soumission extrême est présente. Le BDSM est le paradis du fétichiste tant il y a de scénarios, objets, tenues et pratiques.

 

Une des scènes les plus cultes : Rocco Siffredi dans un viol dans les toilettes

 

On peut dire qu’il y a une certaine violence de part le côté cérébral d’une appartenance à un maître ou une maîtresse, mais elle n’a absolument rien à voir avec les mises en scènes bidons de viols mal tournés de beaucoup de studios (dont des français comme Dorcel), car le fétichiste du sexe violent avec viol ira se rabattre malgré tout vers les extraits des films qui passent au cinéma, ceux où il y a de véritables acteurs et malgré le fait que l’on ne voit ni un téton ni un poil pubien la plupart du temps. Preuve donc que là aussi cette violence « est cérébrale » même si des plus réalistes puisque tournée et réalisée par de véritables professionnels du cinéma. Nous vous conseillons alors de plutôt partir à la découverte du sexe hard « consensuel » qu’apporte le BDSM et le SM, vous explorerez ainsi de nombreuses facettes de la sexualité qui sont bien plus saines que la violence pour la violence, même si elle n’est que mise en scène…

 

Xpériences : Chat BDSM et rencontre fétichiste

 

 

Le meilleur en BDSM pour :