La sodomie brutale : une domination par la douleur anale (painal)

Un terme précis pour la sodomie brutale : le painal

Si l’on doit traduire « mot à mot », le painal n’est pas une sodomie brutale ni même une sodomie violente mais une « sodomie douloureuse ». Mais quel rapport avec le BDSM nous diriez-vous ? Et bien, le painal fait découvrir le SM de part son côté « infliger une douleur forcée » alors que dans le BDSM, nous savons tous très bien que nous n’infligeons rien contre la volonté d’autrui même quand il s’agit de notre esclave ou soumise/soumis. 

La douleur anale (painal) fait donc très largement fantasmer comme « l’acte ultime » que beaucoup de femmes se refusent à donner, ce qui en fait un acte de soumission par excellence pour l’homme.

Nous pouvons quand même voir en la sodomie brutale ou douloureuse déjà 2 catégories : la sodomie brutale volontaire et la sodomie douloureuse non voulue et accidentelle ! Et oui, parfois monsieur s’y prend mal et « dérape » et l’on retrouve pas mal de vidéos painal justement sur ce dernier domaine où l’on parle même du « oups wrong hole » car ce n’était pas voulut, mais la douleur anale est bien là elle !

 

Un painal « involontaire » : vidéo « oups, wrong hole » très célèbre du net avec douleur anale intense !

 

La sodomie brutale comme pratique « ultime »

La sodomie reste pour beaucoup comme la pratique ultime dans le domaine « soft ». Quand la sodomie est alors brutale, il s’agirait plus d’une pratique plus « ultime » liée à une dominance sur un sujet (homme ou femme) qui subit une forme de punition par la pénétration anale qui serait alors forcée. Nous ne sommes pas bien loin du domaine du « viol » pour beaucoup de vidéo quand cela est évidemment très scénarisé. Ce domaine est un peu aux antipodes du FemDom (la domination féminine) où ce serait donc l’homme qui aurait tout le pouvoir de pouvoir user de sa soumise dans tous les trous qu’il souhaite et dont principalement celui qui fait fantasmer n’importe quel ado attardé… La sodomie c’est un peu « le summum » alors qu’il y a toute un sacralisation pour beaucoup pour un acte des plus banal de la sexualité.

 

Voici la vidéo bdsm de sodomie brutale la plus connue du web, au départ sous le nom de « cris de douleur anale » pour populariser le terme painal après de multiples déclinaisons. Voici sa version complète avec le bondage et la gorge profonde de fin.

 

Quand il y a sodomie brutale, on pense très souvent bondage (et donc BDSM), la personne étant donc contrainte et attachée et ne pouvant que subir cette fameuse sodomie douloureuse en guise de punition et/ou en guise d’humiliation. Il peut s’agir donc d’une « éducation liée à l’appartenance » qui est très chère au milieu BDSM, encore plus au SM si il s’agit d’insertion amenant à des douleurs (souvent dans un cadre humiliant) pour un(e) masochiste.

 

Sodomie brutale et violente en même temps en contexte « candauliste »

 

La sodomie violente : quelque chose de pas obligatoire en SM !

Difficile d’expliquer pourquoi le BDSM n’est pas du tout lié à la sodomie violente quand le SM y tient assez souvent dans les productions porno qui la mette presque toujours en valeur dans un contexte de « bondage ». La sodomie violente n’est d’ailleurs pas obligatoirement liée à la douleur et donc au SM car bien des actrices porno subissent des sodomies violentes et profondes dans un contexte absolument autre que SM. Le but premier de la sodomie violente ou brutale est la sodomie profonde avec de sacrés coups de vas-et-viens dans le cul, ce n’est que cela. Il n’y a pas forcément une idée d’appartenance ou de domination alors que pour beaucoup la sodomie reste quand même l’acte ultime « humiliant » mais procurant un max de plaisir à son conjoint ou partenaire de sexe.

 

 

Une sodomie brutale scénarisée avec un vrai « maître » et une véritable soumise pour du painal

 

La sodomie violente est quand même très largement arboré dans un contexte de « douleur subit » et c’est là où l’on retrouve une idée de domination/soumission. C’est surtout le cas quand il s’agit de bondage et certaines vidéos ont fait le tour du web pour faire d’amatrices des « stars » malgré elles du painal. Si la douleur est importante dans le painal, vous pouvez le vérifier à travers des vidéos qui filment en « split » (écran partagé car avec 2 caméras) la sodomie en elle même et en simultané la réaction « faciale » de la sodomisée. Pour autant, le painal n’est pas uniquement hétéro et on le retrouve aussi dans le femdom des pénétrations à base de strapon (gode ceinture) par des « femmes enculeuses ».

 

Elle semble plus découvrir la sodomie que subir un painal !

 

Le painal comme soumission au maître…

Retournons un peu dans le milieu propre au BDSM… Le painal et la sodomie brutale sont des choses très peu présentes dans un milieu qui est particulièrement cérébral. Pour autant, il faut bien « attirer un public » et la sodomie violente est alors toute désirée pour montrer un maître BDSM et son esclave soumise totalement entravée. C’est en fait un milieu très familier du Bondage puisque le plus souvent le painal se donne sur une esclave sexuelle attachée à des accessoires hautement BDSM. Le studio « Kinks » est d’ailleurs plutôt spécialiste du domaine mondialement. Quand l’on veut de la vidéo « hard », penser absolument BDSM n’est pas une bonne idée puisque dans l’imaginaire collectif la sodo serait la pratique « hard » par excellence (surtout si l’on parle de double pénétration anale) hors le BDSM donne très peu de scène de sodomie tant le domaine est large (sans mauvais jeu de mot).

Le maître BDSM peut cependant vraiment utiliser comme soumission le painal, un peu comme si la sodomie serait alors une forme de punition au même niveau que la fessée bien que là aussi il s’agisse d’une humiliation. Recevoir une bite dans son cul alors que la personne n’est pas habituée à la sodo, ce serait donc le principe même du painal même si la sodomie brutale qui en découlerait serait un acte de dominance plutôt que de punition. Tout dépend du concept, du « scénario ». Ou il y a « un maître » ou il n’y a qu’un simple mec cherchant son plaisir. Le painal et la sodomie violente ne sont donc pas obligatoirement du domaine du BDSM, et nous insistons sur cela.

 

Un véritable painal avec sodomie douloureuse hors-cadre BDSM mais totalement amateur !

 

 

Un thème non-BDSM et pourtant adoré en domination brutale

Avec la sodomie brutale et violente, nous sommes vraiment très loin de la domination, surtout avec les vidéos de types « oups » et que la pénétration est accidentelle. Pourtant, « painal » se réfère bien à une douleur anale et c’est là que le SM peut intervenir, mais au final, les vidéos SM de painal ne s’appellent jamais ainsi et l’on parle plus de dilatation anale. Le painal comme punition, c’est plutôt rare. La sodomie comme outil de domination brutale dans le porno aussi. La domination brutale (ou hard) intervient sur bien plus de pratiques qui peuvent être de l’ordre le simple « fessée ». Alors, quand est-ce que la sodomie brutale devient SM ? Et bien c’est quand elle est dans un cadre BDSM et donc avec du bondage puisque là il y aura alors une véritable idée d’appartenance à un maître, d’abandon de soi (et donc d’une extrême confiance), d’une forme de « punition » parfois, d’un plaisir trouvé en la douleur infligée du painal. Ce n’est donc pas un thème BDSM par excellence et pourtant de plus en plus intimement lié dans le milieu pornographique, ce qui n’est pas le cas en « réel ».

 

Une sodomie brutale par son maître BDSM : vous l’entendrez à ses cris et supplices !

Entre appartenance, domination, sadisme et punition : le painal…

Le terme « painal » en lui-même reste assez récent sur la toile. Le définir est bien simple puisque c’est de la sodomie douloureuse, mais pour le lier au BDSM c’est déjà plus compliqué. Il y a les « safewords » et « le contrat » entre personnes dominantes/soumises et la douleur n’est donc que voulue quand le terme « painal » semble plutôt indiquer une pratique subit. Ce n’est donc pas BDSM par excellence mais le porno tend à le faire connaître en ce sens là, surtout avec du bondage. Alors, quand le painal devient sadique, c’est toujours avec du bondage. Quand le painal est sous forme de punition, ce n’est pas obligatoire mais souvent le cas et l’humiliation est alors présente quand la soumise ou soumis supplie de ne pas se faire pénétrer le cul. L’appartenance est totale pour le painal ? Non, pas du tout avec les vidéos « oups wrong hole ». Domination ? Ok, pourquoi pas. Nous verrons bien comment le monde BDSM évoluera autour de ce terme que le porno vient d’inventer récemment, mais la sodomie brutale ou la sodomie violente ont bien fait leur apparition et sur Xperiences, nous ne jugeons jamais des pratiques sexuelles de chacun, alors nous verrons bien d’ici quelques années si le painal est véritablement du domaine du BDSM et SM ou une pratique à part, un fantasme « d’hétéro » tout simplement lié à la sodomie…

 

Xpériences : Chat BDSM et rencontre fétichiste

 

Le meilleur en BDSM pour :