Strapon : le gode ceinture et la domination BDSM

Définition du strapon

« Strap » se traduit en français « sangle » et le strapon est donc un dildo (un gode) que l’on sangle, le plus habituellement autour de la taille pour ainsi imiter l’appareil génital masculin.

Nous le connaissons tous sous son terme français et plus parlant de « gode ceinture ». Cela est pourtant faux !

L’urban dictionnary est étrangement le seul à proposer une définition du strapon et qui précise également que cet accessoire sert dans des pratiques « hétérosexuelles » entre lesbiennes.

 

Infirmières dominatrices dans la clinique du strapon et des perversions BDSM pour de la vidéo très FemDom !

 

La domination par le gode ceinture

Au delà de la barrière linguistique, le strapon se fait très nettement plus connaître de part la communauté BDSM qui préfère utiliser ce terme court et précis plutôt que de parler de gode ceinture. C’est encore plus vrai dans le milieu pornographique sur les tubes vidéos où le strapon fait souvent parti de la catégorie BDSM quand il n’est pas de la catégorie « lesbienne ». Outil idéal de domination, on peut dire que l’accessoire a le mérite de pouvoir être de plusieurs formes et surtout de différentes dimensions pour des dilatations anales parfois impressionnantes. Quand l’on parle de gode ceinture, on pense très souvent « lesbienne », hors avec le strapon on retrouve beaucoup de FemDom sur des soumis qui sont alors féminisés comme avec le phénomène de la « sissy » qui est une humiliation par le travestissement.

 

La femme enculeuse : du FemDom BDSM paradoxalement 100% hétéro !

La femme enculeuse avec strapon

Dans le domaine hétérosexuel français, un nouveau terme commence de plus en plus à se répendre grâce aux vidéos du net : « la femme enculeuse ». Il ne s’agit alors plus du tout de lesbiennes mais bien de femmes qui enculent des hommes, nous nageons alors en plein dans le FemDom (Female Domination) qui s’accompagne très souvent de bondage pour contraindre le soumis à avoir son cul offert et bien ouvert pour recevoir des pénétrations souvent douloureuses. 

La femme enculeuse utilise donc souvent des godes pour pénétrer le soumis mais c’est bien le strapon qui est l’accessoire fétiche et emblématique de la pratique puisque pouvant être sanglé ailleurs qu’autour de la ceinture.

 

Un facesitting avec strapon : voilà pourquoi parfois l’on ne peut pas parler de gode ceinture !

 

Des strapons plus inhabituels

Le terme gode ceinture est peu approprié en traduction pure et dure puisqu’il existe des strapons qui se sanglent également à la bouche du soumis, le contraignant donc dans sa possibilité de parler et s’exprimer. Particulièrement humiliant et très lié au domaine du FemDom et du bondage, ce sont les vidéos de facesitting BDSM qui mettent parfaitement en valeur l’utilité du « strapon de bouche ». Le soumis peut alors subir un facesitting ou alors être à 4 pattes et devoir sous les ordres de sa maîtresse donner de lui même les coups de tête nécessaires pour mimer les vas-et-viens d’une pénétration classique (ce qui n’est alors plus du facesitting).

 

 

Une vidéo « strapon lesbienne » avec une domination hard puisque avec de la sodomie brutale (une des plus vues du net !)

 

L’accessoire BDSM préféré des lesbiennes FemDom

Que ce soit à la ceinture ou à la bouche, le strapon est très présent comme nous vous le disions dans des vidéos lesbiennes et quand l’une est une maîtresse dominatrice et que du bondage intervient (ou d’autres formes de jeu d’humiliation, « d’éducation » ou de punition) on peut bien parler d’un FemDom. Cela semble assez paradoxal car le FemDom est par essence la domination féminine sur le mâle, et pourtant le FemDom est un terme bien employé dans le monde entre lesbiennes dès qu’il y a un contexte BDSM (de domination/soumission). 

Nous pouvons donc bien voir ici que d’un simple accessoire que l’on traduirait bêtement par gode ceinture le strapon revêt bien d’autres symboles qui sont très chers au monde du BDSM.

Xpériences : Chat BDSM et rencontre fétichiste

 

Le meilleur en BDSM pour :